Apollo 11- parade à New York

Les pilotes Buzz Aldrin, Michael Collins et Neil Armstrong, lors d’une parade à New York célébrant leurs retour sur terre, le 13 août 1969.

Publié dans Conquête spatiale | Commentaires fermés sur Apollo 11- parade à New York

Apollo 11

Publié dans Conquête spatiale | Commentaires fermés sur Apollo 11

16 juillet 1969

Publié dans Conquête spatiale | Commentaires fermés sur 16 juillet 1969

Simon Pagenaud

Publié dans Automobile | Commentaires fermés sur Simon Pagenaud

Niki Lauda

Publié dans Automobile | Commentaires fermés sur Niki Lauda

Les Sourds en Colère veulent se faire entendre

Une centaine de personnes rassemblées à Poitiers pour l’inscription de la langue des signes française dans la Constitution.

Sept associations de sourds étaient réunies, ce lundi 20 mai 2019, devant l’hôtel de ville de Poitiers, pour l’inscription de la langue des signes française dans la Constitution: « La langue des signes française doit être une langue de la République française », pouvait-on lire sur quelques pancartes.

Les Sourds en Colère est un mouvement né de plusieurs associations militant pour l’accès à la pleine citoyenneté pour les sourds. Nicolas Arnoux, président de l’association locale, explique que l’objectif est aujourd’hui l’égalité des sourds français avec les entendants.

Accès à l’emploi

Pour Antoine Billy, président du Centre régional de recherche, de formation et de promotion de la langue des signes, la loi de 2005 ayant reconnu la langue des signes française comme étant une langue à part entière ne suffit pas à l’intégration des sourds français. Inscrire cette langue dans la Constitution, c’est reconnaître et valoriser cette communauté.
Actuellement, quatre pays européens l’ont déjà inscrite: l’Autriche, la Hongrie, le Portugal et la Finlande. « Le monde politique doit être convaincu de cette démarche », affirme Antoine Billy. « Nous espérons rencontrer les sénateurs », ajoute-t-il.
Les sept associations luttent également pour l’accès à l’information, aux études et à l’emploi par la langue des signes française.
« Nous militons pour un accès à l’emploi sans avoir toujours recours à un interprète », insiste Estelle Arnoux, membre de l’association Inter’Signes.
Le maire de Poitiers, Alain Claeys, était présent pour soutenir les associations et porter leurs revendications.
Après plusieurs manifestations d’ordre local, le mouvement des Sourds en Colère a prévu de manifester à Paris, le 20 juin prochain, devant l’Assemblée nationale pour revendiquer l’égalité, l’accessibilité et la citoyenneté.

Centre Presse – 21 mai 2019

Publié dans Histoire des Sourds | Commentaires fermés sur Les Sourds en Colère veulent se faire entendre

« La ligne rouge »

Publié dans Cinéma | Commentaires fermés sur « La ligne rouge »

«Moi, Daniel Blake»

Publié dans Cinéma | Commentaires fermés sur «Moi, Daniel Blake»

«Un jour dans la vie de Billy Lynn»

Publié dans Cinéma | Commentaires fermés sur «Un jour dans la vie de Billy Lynn»

Charles de Gaulle

Publié dans Politique, Societé | Commentaires fermés sur Charles de Gaulle

« Buffet froid »

Publié dans Cinéma | Commentaires fermés sur « Buffet froid »

« My Lady »

7F7D8DF2-C5E3-4E57-903D-E14DE5C67FAA-4238-000003318F157325

Publié dans Cinéma | Commentaires fermés sur « My Lady »

Françoise

Publié dans Photos | Commentaires fermés sur Françoise

Dix ans de Langue des signes à l’université

La licence Langue des signes a été créée il y a dix ans. Elle forme à des postes d’interprètes, profs, médiateurs…
Michel Lamothe (au centre) a souhaité être accompagné de Jean-Louis Duchet, doyen honoraire Lettres et langues.
Photo de Gérard Chevalier

Les étudiants en sciences du langage Langue des signes de l’université de Poitiers ne se sont pas trompés. Dans le cadre d’un projet tutoré, ils ont compris toute l’importance de célébrer le 10e anniversaire de la licence Langue des signes. « La langue des signes est une langue vivante, une langue comme une autre et non une langue pour des sourds », insiste Michel Lamothe, cofondateur de l’association « 2 langues pour un enseignement » et pionnier du projet de licence à Poitiers. Alors, rien ne s’opposait à la création d’une licence et d’un CAPES pour que la langue des signes soit enseignée comme une autre langue. Dans un contexte pourtant favorable, entre le cadre législatif de la loi 2005 sur le handicap et la grande tradition d’accueil et de collaboration avec les personnes sourdes à Poitiers, le chemin fut long pour entrer à l’université.
30 étudiants chaque année
« Tout a commencé en 1979 par des voyages d’études à l’université de Gallaudet à Washington, la Mecque pour tout ce qui concerne l’éducation des sourds », explique Michel Lamothe. En 1988, le centre de recherche sur la langue des signes voyait le jour à Poitiers. Le reste n’est qu’une question de rencontres. « Lors d’un colloque international sur la langue des signes au Futuroscope, j’ai fait la connaissance de Paul Wass, directeur du département sciences du langage à Poitiers. Nous nous sommes interrogés sur la façon d’introduire la langue des signes à l’université. Sans Paul Wass, rien ne se serait passé ». En 1993, un projet d’enseignement est né entre l’université et le centre de recherche. De la nomination de maître de conférence en transformation des contenus, « sous la pression bienveillante du ministère, nous en sommes arrivés à la mise en place d’une licence en 2009 puis d’un CAPES dans la foulée », explique Jean-Louis Duchet, doyen Lettres et langues de l’époque.
Depuis, chaque année, une promotion de 30 étudiants de 3 année de licence tente le CAPES. Ils se destinent à des postes d’interprètes, de professeurs des écoles, de médiateurs auprès des institutions ou à des postes dans l’enseignement public. « C’est une formation qui a une vraie utilité sociale sur un enjeu de société, une licence standard non payante qui donne un statut et une mission pour l’université », concluent Michel Lamothe et Yves Jean, président de l’université.

Centre Presse – 19 avril 2019

Publié dans Histoire des Sourds | Commentaires fermés sur Dix ans de Langue des signes à l’université

Des « Sourds en colère » à Poitiers

L’Association des sourds de Poitiers (ASP) partage le ras-le-bol de l’association « Sourds en colère » qui demande la « reconnaissance de la langue des signes française (LSF) dans la constitution française ». Le 20 mars dernier, une manifestation a été organisée à Paris, à laquelle ont participé l’ASP, affiliée à la FNSF (Fédération nationale des sourds de France) et d’autres associations venues de toutes les régions de France.

« Depuis la loi du 11 février 2005 sur le handicap, nous n’avons constaté aucune évolution malgré de nombreuses manifestations et rencontres avec les différents ministères concernés, déplore l’association. La situation la plus flagrante est l’absence de LSF aux informations télévisées. Les sourds sont des citoyens à part entière. C’est pourquoi, nous exigeons l’inscription de la langue des signes dans la constitution de la République française; l’accessibilité en LSF dans les administrations et sur les chaînes télévisées; des écoles bilingues sur tout le territoire; la reconnaissance de la culture sourde et de son patrimoine; la valorisation et la protection de la communauté sourde et de son patrimoine culturel. »
Ses membres indiquent qu’ils vont rapidement interpeller les députés et les sénateurs, dans la Vienne comme partout en France. Une manifestation sera également programmée le 20 mai dans chaque grande ville de France, ainsi que le 20 juin à Paris.

Centre Presse – 18 avril 2019

Publié dans Histoire des Sourds | Commentaires fermés sur Des « Sourds en colère » à Poitiers